politique

Tribune: « L’Etang de doigt de l’UDPS entache la crédibilité de la justice congolaise construite par Joseph KABILA » (Papy Tamba )

Par Héritier Lelo

Quel recul ! Les héritiers du système judiciaire laissé par Joseph Kabila le ramènent au niveau du conseil judiciaire du tristement célèbre MPR, à l’époque où la justice était inféodée par le parti politique. Quel drame pour le pays de Lumumba.

Le comble dans tout ça est qu’il a fallu d’énormes sacrifices au président Joseph Kabila pour matérialiser la réforme de notre justice et faire d’elle un pouvoir à part entière, pendant que l’UDPS contestait tout ce qui était fait pour la construction d’un État de droit en République Démocratique du Congo. Ils ont contesté même la mise en place de la constitution, de la cour constitutionnelle, de la cour de cassation et du conseil d’État. Qui dans ce pays vivait les bienfaits de la séparation des pouvoirs et la différence entre les juridictions militaires, civiles, les tribunaux de grande instance, les juridictions de travail et administrative? Joseph Kabila a tout construit et l’UDPS au pouvoir le détruit en moins de 3 ans. C’est malheureux !

Comment peut-on comprendre une justice par la sélection des cas à traiter? Suivant que l’on est du pouvoir, la justice devient un privilège et quand on est d’un autre bord politique que les tenanciers du pouvoir, la justice devient un châtiment… Ce n’est qu’en m’exprimant avec modération et retenue que je pourrais qualifier tout ceci de scandale. Pire qu’un scandale, c’est un crime qui se moque des congolais. Pour preuve, voici quelques épisodes qui valident notre argumentation :

1. On nous apprend un jour avec pompe l’emprisonnement d’un certain Dieudonné de la présidence pour corruption de 1 million des dollars dans le dossier MIBA. Libéré après quelques jours seulement de détention

2. On nous apprend aussi un jour l’emprisonnement d’un pasteur de la maison civile du chef de l’État qui entretenait une milice à Kingabwa. Libéré après quelques jours de prison

3. Sur le dossier de menace de mort contre un policier en uniforme dans l’exercice de ses fonctions (aku pita masasi), les caméras de télévision nous montre l’image d’un dépôt de plainte de la police à charge d’un membre de la famille présidentielle. Le spectacle était odieux et désolant: une autre caméra est allée le filmer au parquet, pendant qu’il s’arrangeait bien pour montrer son visage et tromper l’opinion. Notre ami de AKU PITA MASASI n’a jamais été inquiété.

4. Après avoir résisté contre un rapport accablant de la pécheresse IGF, le docteur ETENI vient de jouer à son tour sa partition. Sur la toile, les congolais ne croyaient même pas au spectacle de son emprisonnement.

5. On nous apprend un autre jour le dossier de l’emprisonnement du conseiller en charge de la cellule de lutte contre la corruption, pris en flagrant délit. Libéré après quelques jours de prison.

La liste est longue…

La justice châtiment contre les autres et la justice privilège pour les membres du pouvoir donnent un coup à la justice construite par le président Joseph Kabila. Rappelons d’ailleurs que son directeur de presse a fait plusieurs années de prison. Et plusieurs cas non médiatisés sont dans le même registre

Pour toutes ces raisons et pour tant d’autres, le paradis prendra part à la marche de Martin FAYULU.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 17 =


Bouton retour en haut de la page