économie

RDC-CADECO : Pour des intérêts personnels des dirigeants, les agents restent abandonnés à leur triste sort

Par la Rédaction

A la Caisse d’épargne du Congo (CADECO SA), c’est le désordre. La beauté extérieure du bâtiment reflète une image très contraire à l’intérieur. Il suffit d’y arriver pour faire ce constat horrible décrié par les travailleurs de cette entreprise publique.

D’après le constat fait sur place, l’institution vit actuellement un désordre sans précédent, dans sa gestion actuelle.

Face à la situation dramatique et catastrophique, l’Intersyndicale de cette entreprise a, dans une déclaration, mercredi 8 septembre à Kinshasa, alerté particulièrement le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi et l’a invité à s’impliquer personnellement, afin de mettre fin au désordre qui règne au sein de cette caisse d’épargne, d’y rétablir la paix sociale pour l’émergence de l’économie nationale, a déclaré Yves Tshibangu, président de l’Intersyndicale.

« l’Intersyndicale de la Cadeco vient ce jour faire cette déclaration dans le but d’exprimer sa position légale, qui est celle de la défense des intérêts sociaux professionnels des cadres de la Cadeco SA. Ainsi, elle en appelle à l’intervention et implication personnelles du président de la République, en sa qualité de garant de la Nation, en vue de mettre fin à ce désordre et sauver la Cadeco, qui est l’unique caisse d’épargne générale appartenant à l’Etat congolais, pour contribuer à l’émergence de l’économie nationale », a-t-il dit.

Peu avant, Yves Tshibangu a dressé le tableau sombre de la situation que traverse depuis 8 mois cet établissement public et l’ensemble de son personnel. Celle-ci est caractérisée par la violation récurrente des statuts et Règlement intérieur, par les administrateurs qui ont médiatisé les difficultés de l’entreprise sans respect de leur obligation de confidentialité et de discrétion.

Autre chose c’est que, le président de l’Intersyndicale a dénoncé le conflit d’intérêt, les immixtions du Conseil d’administration dans la gestion quotidienne de l’entreprise, son empiètement dans les prérogatives du comité de gestion, le détournement des finances de la Cadeco, la consécration de l’impunité, la protection des malfaiteurs, les insuffisances dans l’atteinte des objectifs assignés à la Cadeco, ainsi que la non application du décret loi sur le Smig.

Et ce, sans compter la politisation de la Cadeco, le trafic d’influence des administrateurs, la diabolisation de l’Intersyndicale par les administrateurs dans leur discours incendiaire dans les réseaux sociaux et médias, a-t-on noté.

De son côté, Maître Tati Kitoko, Vice-président de l’intersyndicale Cadeco et président a.i du Syndicat National des Banques et Institutions Financières (SNABIF),
tout en remerciant le chef de l’Etat pour avoir pensé à relever cette entreprise, en y nommant un Conseil d’administration, a en même temps fustigé le manque de traçabilité des finances de l’entreprise, par les dirigeants actuellement à sa tête.

Signalons que cette déclaration a été signée par plusieurs organisations syndicales, notamment, la Confédération syndicale du Congo, le Syndicat national des Banques et institutions financières, l’Union nationale des travailleurs congolais, l’Organisation des travailleurs unis du Congo.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 19 =


Bouton retour en haut de la page