actualitésocieté

62 ans de l’indépendance de la RDC : les natifs du Mai-ndombe réunis pour le développement de leur province

Par Bendhy Ditu

Les ressortissants de la province du Mai-ndombe se sont rencontrés le mercredi 29 juin, à Béatitudes hôtel, dans la commune de Lemba, ville province de Kinshasa. Et ce, pour une conférence-débat initiée par le média en ligne Mai-ndombenews.net dans le cadre de Mai-ndombe News Forum.

Durant deux heures, les ressortissants de Mai-ndombe vivant dans la capitale congolaise ont réfléchi autour du thème: « 62 ans après l’indépendance, qu’est-ce qui a été fait, qu’est-ce-qui n’a pas été fait et qu’est-ce qui doit être fait dans la province du Mai-Ndombe? ».

Quatre intervenants, tous natifs de ladite province, ont développé chacun, des différents sous-thèmes sur l’état des lieux de leur province à savoir : « Aperçu global de ce qui est fait, qui n’est pas encore fait, et ce qui devra être fait dans le Mai-ndombe »;

« Mai-ndombe post indépendance : son apport aux institutions de la République a-t-il profité à la province ? »;

« La politique culturelle avant et après l’indépendance dans la province du Mai-ndombe  » et « le tourisme ,un des leviers pour le développement de la province du Mai-ndombe »

M. Prosper Mola, juriste et enseignant à l’université cardinal MALULA, vice-président de l’organisation des droits de l’homme Voile levé et conseiller juridique de l’INOKAL-ONG, a entamé son intervention en s’appuyant sur une réflexion dans les volets politique, économique et culturel de la province.

De son côté, Merlin Nlanda, coordonnateur adjoint du collectif des jeunes pour le développement du Mai-ndombe(COJEDEMA)et expert en développement, ingénieur en technique d’exploration et d’exploitation des champs pétroliers, a parlé du non développement de la province après l’indépendance. Par ailleurs, Monsieur Ferry-Bernaz Bonkali Mpia Nkumu, expert aux études sécuritaires et en système LMD, assistant des universités, a axé sa réflexion sur le domaine culturel en démontrant comment les Mai-ndombiens doivent valoriser leurs langues et tout ce qui les différencient des autres provinces.

Enfin, Alain Bokoso, chercheur et directeur a l’Office national du tourisme, a, quant à lui, évoqué l’aspect touristique en appelant les natifs mais aussi et surtout les dirigeants de Mai-ndombe à s’intéresser de ce secteur pour le développement de la contrée.

Il en est sorti de chacun que la province du Mai-ndombe n’a pas bénéficié du développement de la RDC par  » Manque de solidarité, manque d’initiative et manque de volonté politique ».

Les intervenants ont indiqué que beaucoup reste à faire dans la province du Mai-ndombe, notamment dans les infrastructures scolaires, les routes asphaltées, des marchés modernes, les hôpitaux modernes…

À cet effet, les natifs du Mai-ndombe ont été appelés à l’unité et au travail d’ensemble, à la création des regroupements entre eux pour défendre les intérêts communs et développer la province du Mai-ndombe. Ils ont été tous convaincus que la province du Mai-ndombe est à reconstruire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 1 =


Bouton retour en haut de la page