actualitésocieté

Parc de Virunga : Si les gardes sont ainsi tués, qu’en sera-t-il des animaux eux-mêmes ?

Dans le chapitre d’insécurité qui gangrène l’Est de la République Démocratique du Congo, le parc de Virunga, situé dans le territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu, n’est pas en reste.

Après l’attaque d’hier dimanche 10 janvier au cours de laquelle 6 éco-gardes de l’ICCN ont été sauvagement abattus, place aux réactions. Dans une communication relayée sur son compte Twitter, Georges Kapiamba, président de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice regrettent que cette réserve naturelle ne soit pas sécurisée.

Présentant à cette occasion ses condoléances aux familles biologiques des victimes, cet activiste des droits humains condamne cet acte. Les organismes qui oeuvrent dans le secteur écologique tels que le « World Wildlife Fund (WWF) », première organisation mondiale de protection de la nature ainsi que l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), patronné par le gouvernement congolais, devraient prendre suffisamment des mesures pour sécuriser ce parc. S’il en est ainsi des gardes de ce patrimoine, qu’en sera-t-il des animaux eux-mêmes ?

Il y a lieu de signaler que ces victimes s’ajoutent aux 21 autres gardes tués dans le même parc l’année dernière dans les conditions quasi similaires.

Pitshou Kabeya / Stagiaire

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 16 =


Bouton retour en haut de la page