actualitépolitique

RDC: Les Kamerhistes attendent la libération de leur leader pour continuer son combat politique

Plusieurs milliers des partisans et militants de l’Union nationale pour la nation congolaise (UNC) ont pris part active jeudi 20 août, à la prière œcuménique d’intercession en faveur de leur leader Vital Kamerhe. Organisée à l’espace compris entre le célèbre boulevard triomphal et l’avenue de l’enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu, cette prière a connu la présence très remarquée des membres de la famille Kamerhe, notamment, les enfants, Hamida Shatur son épouse ainsi que sa mère biologique.

À quelques heures de la troisième audience du procès en appel du Directeur de cabinet du président Tshisekedi, Aimé Boji, Secrétaire général de l’UNC est revenu sur les motivations qui ont présidé l’organisation de cette prière. « Nous nous consacrons ce jour à la prière pour rendre grâce à Dieu et implorer sa miséricorde. Nous implorons la grâce de Dieu Tout puissant, créateur du ciel et de la terre notre père, pour que justice soit faite et que notre frère Vital Kamerhe puisse recouvrer sa liberté et continuer son combat pour l’instauration de la démocratie, la vraie justice et un véritable Etat des droits en République démocratique du Congo », a-t-il indiqué.

Il a cependant affirmé que victime d’une injustice qui ne dit pas son nom, le député Kamerhe ne peut compter que sur la grâce divine au travers les prières de ses militants, car Dieu est un Dieu juste. « Contrairement à la justice des hommes, la justice de Dieu est infaillible. Oui, nous croyons en la justice divine. Celle qui prime toujours, car il n’y a pas d’avocat ou juge tout puissant et plus sage que Dieu », a-t-il soutenu.

Dans le même ordre d’idées, Emile Ngongo, ouvrier Katangais de Vital Kamerhe et coordonnateur UNC en charge du recrutement et implantation du parti dans la zone grand Katanga a soutenu les propos du Sg de son parti. « Nous sommes venus ce jour pour exprimer notre gratitude à Dieu, pour avoir gardé Monsieur Kamerhe en vie, depuis son arrestation le 8 avril dernier. Nous sommes venus confier à Dieu l’audience de ce vendredi 21 août, où le leader de notre parti sera une fois encore face aux juges, afin que cela se passe dans la vérité. La bible dit que si mon peuple s’agenouille, s’humilie et m’implore, moi l’Eternel je lui répondrai », a-t-il expliqué.

Réagissant aux propos de tous ceux qui soutiennent que l’on ne peut pas prier pour une personne accusée du détournement des deniers publics, l’ouvrier de Vital Kamerhe a signé et persisté que le patron de l’UNC son parti, n’a jamais détourné un seul centime. Car jusqu’ici le ministère public tout comme les avocats de la République n’ont jamais prouvé, une seule pièce qui corrobore la culpabilité de Vital Kamerhe dans ce qu’on lui accuse », s’est-il défendu.

Bien avant, l’abbé Jean-Pierre, l’un de concélébrant de la messe oeucumenique a dans sa prédication vanté les qualités de Vital Kamerhe. Un homme qui a permis aux autres prisonniers de toujours croire en Dieu et en eux-mêmes. « Notre frère Kamerhe est un fervent croyant qui a accepté sans rancune la prison et il a pardonné à ses bourreaux. Il est toujours attaché à son chapelet car il croit en la justice divine, qui dépasse celle humaine, a-t-il expliqué.

 

Giscard Havril

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 ⁄ 7 =


Bouton retour en haut de la page