actualitésocieté

Arrêt de la Cour de cassation : pour Me Willy Wenga, « on ne peut pas crier tout haut à une victoire alors que rien n’est jugé quant à la culpabilité ou à l’innocence » de Vital Kamerhe

Par Fédor Mongendo

Le verdict de la Cour d’appel, condamnant Vital Kamerhe à 13 ans de prison, a été cassé le lundi 11 avril. La Cour de cassation a donc renvoyé l’affaire à la même Cour d’appel avec une autre composition des juges.

Après l’annulation de cette condamnation en appel de l’ancien directeur de cabinet du Président de la République, la population congolaise s’intéresse déjà au prochain sort réservé à Vital Kamerhe.

Me Willy Wenga face à la décision de la Cour de cassation estime qu’il ne faut donc pas se frotter les mains et remercier le monde ( sauf par stratégie politique) pour un arrêt qui remet en place la condamnation de 20 ans en annulant celle de 13 ans.

« Ce qu’il faut retenir est que le procès Kamerhe en appel va reprendre à zéro et le mérite du pourvoi a été de faire bénéficier au condamné d’une liberté provisoire et de la possibilité d’un réexamen au fond de son appel pour tenter de faire valoir son innocence et être à ce moment là acquitté. Avec l’arrêt de la Haute Cour qui vient d’annuler la condamnation de 13 ans, le président de l’UNC retourne sous le coup de la condamnation de 20 ans de travaux forcés prononcée au 1er degré par le TGI Gombe mais dont l’exécution reste suspendue du fait de son appel à réexaminer », a-t-il expliqué.

De nouveau devant le juge de fond en appel mais en état de liberté provisoire, poursuit-il, « il reste dans cette position jusqu’à l’arrêt définitif sauf si condamné de nouveau, son arrestation immédiate est ordonnée. S’il devra bénéficier de largesses judiciaires jusqu’à être blanchi, c’est ici où tout se jouera ». 

De ce qui précède, précise-t-il, « ‘on ne peut pas crier tout haut à une victoire, alors que rien n’est jugé quant à la culpabilité ou à l’innocence » de Vital Kamerhe.

Ce dernier préconise par ailleurs que la défense qui doit cette fois-ci être musclée, devra s’organiser pour ne pas perdre cette occasion en Or.

La bonne foi aussi des uns et des autres sera de nouveau mise en épreuve pour offrir au peuple, un procès juste et équitable qui tient compte de la sauvegarde du droit de la défense.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =


Bouton retour en haut de la page