actualitésocieté

Evaluation de la gratuité de l’enseignement de base par la CENCO

Par Pitchou Kabeya / Stagiaire

Près de deux ans après depuis que le président Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO ait annoncé l’application de la disposition constitutionnelle de la gratuité de l’enseignement de base, l’Abbé Donatien Nshole s’est confié à la presse ce mercredi 13 janvier dans la matinée.

Il s’agit de l’évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base dans les écoles conventionnées catholiques en République Démocratique du Congo.

Le rapport rendu public au Centre interdiocésain de Kinshasa liste une série de recommandations aux autorités compétentes en vue de réorienter leur politique.

Face à l’opinion qui prétend que la CENCO s’oppose à la gratuité, son Secrétaire Général a démenti et affirmé que l’église catholique est le meilleur élève de la gratuité de l’enseignement de base. Il insiste même que ce processus est irréversible, car conforme à la doctrine sociale ecclésiastique, qui prône l’option préférentielle pour les démunis.

En juin 2020, un mémorandum a déjà été émis et transmis à qui de droit, dans lequel les évêques évoquaient la prise en charge des enseignants non payés (NP) et l’amélioration des salaires des enseignants dits nouvelles unités (NU) comme étant des préalables.

Le nombre des écoles, des élèves et des enseignants payés et non payés ont été des indicateurs de choix pour mieux évaluer la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base dans les écoles catholiques.

Ce rapport soutient que l’Eglise catholique en RDC gère 40851 enseignants NU et NP dont 566, soit 33% à l’école primaire, qui prestent sans rémunération.

12263 écoles, soit plus de 97%, utilisent les frais de fonctionnement pour soutenir les NU et NP, avec une rémunération mensuelle maudite estimée entre 10000 et 50000 FC suivant l’emplacement.

202 écoles recourent soit à l’autofinancement communautaire, au paiement en nature ou encore à la solidarité des enseignants payés pour soutenir les NU et les NP.

89,8% des écoles secondaires et maternelles ont payé tant soit peu leurs NU et NP. Pour ce faire elles ont recouru à la contribution des parents, à l’autofinancement, au paiement en nature et à la générosité des enseignants déjà mecanisés.

Quelques difficultés ont été relevées, dont le surpeuplement des classes, l’absence des infrastructures pour accueillir les nombreux enfants que la gratuité a amenés à l’école, la démotivation des enseignants NU, NP et certains frustrés de leur condition de non-éligibilité aux deuxième et troisième paliers.

Les arrêts récurrents des cours, l’insuffisance des frais de fonctionnement des bureaux gestionnaires et des écoles, le non-respect du programme généralement non achevé à cause de l’absentéisme des enseignants, le manque d’imprimés, de matériels didactiques et des manuels scolaires, le dépeuplement des nouvelles écoles agréées, le manque des frais de déplacement pour les responsables des bureaux gestionnaires sont des corollaires directe de cette situation, qui aboutissent à la baisse sévère de la qualité de l’enseignement.

Pour assurer l’efficacité et la pérennité de la gratuité, la CENCO recommande la réduction du nombre des provinces éducationnelles et des Bureaux Gestionnaires, l’octroi des arrêtés via un processus participatif, transparent et respectueux des normes, le paiement de tous les enseignants NU trouvés en poste au moment de l’annonce de la gratuité, la profonde réforme du SECOPE pour garantir la traçabilité et la transparence dans la gestion des fonds mis à sa disposition par le Trésor Public pour la paie des enseignants, la révision du contrat avec les institutions financières chargées de la paie des enseignants ; l’intégration du logement et de transport en milieu urbain et prime de brousse pour les enseignants des milieux ruraux, conformément au Statut des Carrières au sein des services publics ; l’augmentation des frais de fonctionnement des écoles et des Bureaux Gestionnaires ; le soutien de la gratuité par des financements alternatifs à travers des taxes et des impôts au bénéfice de l’éducation ; le respect des procédures en place ; l’activation des mécanismes de contrôles indépendants et l’application des sanctions ; la mise en place d’un cadre de concertation impliquant les gestionnaires en vue de l’évaluation de la gratuité de l’enseignement.

Rappelons que la gratuité de l’enseignement de base était rendue effective par le Chef de l’État en Mai 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 5 =


Bouton retour en haut de la page