You are here
Home > actualité > Kinshasa : BFFB, une bibliothèque pour un excellent savoir

Kinshasa : BFFB, une bibliothèque pour un excellent savoir

La parole divine est la nourriture de l’âme spirituelle, le livre, lui, est cette nourriture intellectuelle pour acquérir un savoir riche et excellent. L’une et l’autre vivent en parfaite complémentarité, car l’intellect vit du spirituel et le spirituel a besoin de la bonne santé de l’intellect pour trouver une assise solide en l’homme. Et entre les deux, il n’existe qu’une petite virgule. C’est bien ce qu’a compris Léon Bavuidi, initiateur de la Bibliothèque de la Fondation Francis Bavuidi (BFFB).

Et sa situation au numéro 1 de l’avenue Kadjeke, quartier Madrandele, au sein même de la paroisse Saint Augustin, commune de Lemba est un choix réfléchi. Ouverte au public de lundi à samedi, BFFB, est ce cadre d’excellence qui offre aux filles et fils de Lemba et environs l’opportunité d’accéder aux nombreuses sources documentaires et aux ressources électroniques en vue d’approfondir leurs connaissances et de travailler en interdisplinalité.

Opérationnelle depuis 3 mois, soit à la deuxième moitié du mois de novembre de l’année dernière, la BFFB fait déjà parler d’elle dans cette partie du district du Mont Amba. Depuis son inauguration, elle est le lieu du rendez-vous des élèves, étudiants, chercheurs indépendants, jeunes et adultes qui y trouvent de la thérapie pour soigner leurs maux intellectuels. C’est le lieu de leur épanouissement intellectuel, d’ouverture d’esprit, d’enrichissement du vocabulaire, de diverses découverte et qui permet aux tous jeunes de décortiquer la nature des mots, de l’image et du son.

Initiative de Léon Bavuidi, natif de Lemba qui a immigré en France, la mise en place de cette œuvre a été suffisamment mûrie par ce congolais. Formé dans des bonnes écoles, il a jugé bon d’aider la jeunesse du quartier et milieux qui l’ont vu naître et grandir.

« Il faut d’abord former la jeunesse qui est l’avenir d’un pays. Nous avons eu des bagages intellectuels. Ils doivent être mis à la portée des jeunes. Il faut laisser à la jeunesse le savoir pour qu’elle dirige et développe plus tard le Congo », a déclaré Léon Bavuidi, en séjour à Kinshasa.
« Le savoir donne de l’intelligence. Et le pays a besoin surtout d’encadrer la jeunesse pour que demain le Congo soit fier d’un pays développé », a-t-il ajouté.

 

Giscard Havril

Laisser un commentaire

Résoudre : *
25 + 10 =


Top