actualitésocieté

Nord-Kivu: les forces vives plaident auprès du premier ministre pour la libération de Bunagana et de toutes les entités sous l’emprise du M23

Par la Rédaction

Jean-Michel Sama Lukonde a reçu, vendredi 23 septembre, une délégation des forces vives de la province du Nord-Kivu, avant de mettre fin à sa mission de suivi et d’évaluation de l’état de siège dans cette province.

Au cours de cette rencontre, les forces vives ont soumis au premier ministre plusieurs préoccupations de leur province notamment, l’insécurité, l’occupation de la cité de Bunagana par le M23.

Selon le porte-parole de la délégation qui s’est confié à la presse à l’issue de cette rencontre, la population du Nord-Kivu ne jure que sur la paix et la sécurité dans leur province.

« Nous venons d’être reçus par le Premier Ministre. Le message phare que nous avions est relatif à évaluation de l’État de siège. Vous savez que nous ici, au Nord-Kivu, nous sommes toujours dans l’insécurité récurrente. Nous avons demandé au Premier Ministre de pouvoir chercher un autre moyen pour nous faire sortir de cette insécurité. Parce que nous, en tant que Congolais, nous avons aussi droit à la paix et à la sécurité », a déclaré le président provincial de la société civile, John Banyeme Balingene.

Les forces vives ont aussi souligné l’incapacité de la Monusco à maintenir la paix dans cette province et la conséquence qu’il faille en tirer. « Autre chose, c’est par rapport à la Monusco. Les propos même du secrétaire général de l’ONU ont montré que la Monusco ne nous aidera en rien même s’ils peuvent faire un siècle ici chez nous. Elle doit aussi plier bagages », a-t-il souligné.

Elles ont aussi plaidé au près du premier ministre pour la libération rapide de la cité de Bunagana et ses environs. « A part cela, nous avons fait une demande légitime de dire qu’on doit libérer la cité de Bunagana et toutes les entités qui sont là sous l’emprise du M23, le plus urgemment possible », a-t-il poursuivi.

À en croire John Banyeme, « Le premier ministre nous a dit que toutes ces revendications sont légitimes et qu’ils vont s’y mettre pour voir comment répondre favorablement aux désidératas de la population ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page